Les plus beaux exploits des équipes amateurs en Coupe de France

En Coupe de France, personne n’est jamais à l’abri d’une jolie surprise ou d’un pronostic inattendu, et ce sont bien les clubs amateurs français qui le prouvent, qu’il s’agisse de chance ou de match bien maîtrisé. Voici un florilège des plus beaux exploits des équipes amateurs !

Calais face à Bordeaux : le triplé gagnant (2000)

L’exploit ne tient pas seulement à leur victoire contre les Girondins de Bordeaux, mais plus largement à leur parcours : évoluant en CFA, ils parviennent à se hisser jusqu’en finale, balayant d’un revers de pied l’équipe bordelaise à l’étape précédente.

Plus encore, ils inscrivent leur triplé en prolongations, avec Jandau (99’), Millien (113’) et Gérard (118’). Laslande, qui aura égalisé à la 107’, ne parvient pas à contenir la rage des « petits poucets », qui s’octroient une finale contre Nantes.

Une épopée unique, qui a même donné lieu au tournage d’un documentaire.

Rodez tient le PSG en défaite (2009)

Le club des Aveyronnais a relevé un défi qui tient de l’exploit en Coupe de France 2009 : faire d’une pierre deux coups en se qualifiant en quart de finale, mais aussi en sortant les favoris, le PSG, rien que ça !

 

Rodez a su briller par sa technique et son jeu patient, marquant à trois reprises, dont deux fois en prolongations (Choplin, 67’ et 116’, Pacios, 118’), face à un club parisien en peine, qui partait pourtant gagnant grâce au but de la tête de Traore (9’).

 

Comme quoi, on peut rêver de grandes victoires… Même dans de tout petits clubs !

 

Montceau-Les-Mines, le penalty gagnant contre le RC Lens (2007)

La victoire étincelante de Montceau-Les-Mines (savez-vous où ça se trouve d’ailleurs ?) fait aussi partie des plus beaux exploits en Coupe de France. En 2007, contre le RC Lens, alors dauphin de l’équipe lyonnaise en championnat, les Bourguignons se sont imposés 1-0, grâce à un penalty accordé après une faute sur l’un de leurs joueurs (78’).

 

En faisant cela, le club amateur de Montceau-Les-Mines, 15ème de son CFA (4ème division), s’est qualifié en demi-finales, un record qui n’a jamais été réitéré.

 

Carquefou met l’OM en difficulté (2008)

Ce n’était pas un si gros score, mais c’était tellement inattendu : Carquefou évoluant en CFA2, peu de chance que l’équipe vienne contrecarrer les espoirs des « grands » Cissé, Nasri ou Zenden pour cette Coupe de France 2008. Pourtant, N’Doye donne le ton dès la 7ème minute en inscrivant le premier (et dernier) but de la rencontre, Marseille ne parvenant pas à revenir au score de tout le match.

 

Pour Denis Renaud, les Carquefoliens réussissent « le coup du siècle » !

 

La remontée spectaculaire de Quevilly (2012)

Voilà une nouvelle histoire d’ego sacrifié pour une équipe prestigieuse : alors que Rennes s’était conforté en éliminant Angers (et donc Marseille), elle se retrouve en demi-finale face à Quevilly, un club amateur évoluant en National.

 

Qui aurait cru que ces derniers feraient tout simplement un exploit unique, en remontant la pente de la défaite (ils sont menés 1-0 dès la 8ème minute) jusqu’à la victoire, en marquant deux buts (Herouat, 64’, et Laup, 93’) ?

 

Depuis, les Quevillais n’ont pas réellement fait parler d’eux, ou bien seulement pour leur absence des terrains de grandes compétitions.

 

 

Exploit d’un jour ou exploit de toujours, ces rencontres restent dans les annales des plus beaux matchs entre les clubs amateurs français et les équipes prestigieuses évoluant à l’internationale.